26 mars 2007

LE COURS DES SAISONS

***

Derniers jours du mois à Montpellier. Le printemps prend le pas sur l'hiver.

Sur la route, le Pic Saint Loup du côté de Valflaunès.

La lumière gagne sur les nuits... On court paisiblement vers les beaux jours,

ceux qui nous posent un hâle au visage et une espérance au coeur... 

Ainsi s'écrit le cours des saisons...

***

***

Nous irons doucement par les ruelles fort pierreuses

et tortueuses de cette vieille ville à cet antique Jardin

où tous les gens à pensées, à soucis et à monologue

descendent vers le soir...

***

***

Aux Jardins des Plantes de Montpellier,

le temps suit son cours paisiblement.

L'eau du bassin nous renvoie le reflet de ce que nous serons peut-être dans 20 ans...

Et le promeneur assis ne compte plus les saisons qui s'envolent derrière son épaule...

***

 

***

Et nous ne comptons pas davantage les saisons

qui font de nos enfants bientôt des hommes...

Nous nous rions sans bruit du cours du temps...

***

***

Nous sourions parfois par dessus le fardeau des jours...

***

***

Nous nous jouons des heures sous le regard troublant des statues...

***

***

Et nous causons lentement en mâchant des pétales de roses...

***

***

"La peau" du Cyprès Egéen...

***

***

Un des gardiens du Jardin des Plantes, originaire de Larache...

***

***

En quittant le beau Jardin, dans la rue qui remonte vers le Pré au Clerc...

***

***

A l'affiche, sous un croissant de lune,

une ombre se déshabille dans les bras semblabes des filles

où j'ai cru trouver un pays... Est-ce ainsi que les hommes vivent

et leurs baisers au loin les suivent, comme des soleils révolus...

Avant que le soleil ne se couche,

on roule en safrane vers le bord de mer...

***

***

Bientot viendront aussi les petits enfants roses de nos enfants...

Nous aurons ajouté encore à nos vieux printemps une trentaine de saisons...

Ainsi s'écrit le cours du temps...

***

***

La nuit est douce, et chaude, et jazzy au "Take Five",

au coeur du vieux Montpellier, down-town...

Mon frère P-E nous distille ses meilleurs accords...

Ses mains virevoltent au dessus du Gaveau... 

Le gin-fizz est frais et léger comme une promesse de printemps.

***

 

***

***

Le soleil est haut dans le ciel ce dimanche

quand nous retournons vers la mer. L'air est clair

comme si la nuit nous avait fait franchir la porte d'une nouvelle saison.

Le printemps s'accroche aux ailes des oiseaux,

l'eau sur les galets du rivage fredonne des promesses de beaux jours.

Le monde suit sa ronde, une saison de plus se dessine.

***

***

Des voiles telles des oiseaux du large croisent sur la mer d'argent

leurs ailes comme des baisers d'un nouveau monde,

d'une nouvelle saison...

***

 

Salut Marine

Page suivante :  ~~ DEUX IMAGES, UN SIECLE ~~

 

 

 

Posté par chiloedream2 à 10:56 - Permalien [#]