MARS/AVRIL 2007 / PRINTEMPS AUTOUR D'ALES

10 mars 2007

UN PETIT BEURRE, DES TOUILLOUS

***

11h25 ce Samedi 10 Mars 2007,  SEBASTIEN a 20 ans, on file fêter ça chez Maman, le temps d'enfourcher my sweet Ginet qui rutile de fierté : je l'ai passée au karcher hier... Un petit lien de circonstance pour tous les mélomanes :

un_ptit_beurre_des_touillous   

Vous connaissez à présent le pluriel d'un petit beurre : quand il en reste plusieurs dans le paquet, on dit des touillous....

Grand cru bourgeois Saint-Estèphe, divin. Avec un menu spécial SEB, qui est aux anges quand il y a du poulet et des pommes de terre... Un régal de pommes de terre au four... Bravo Maman.

***

 

***

A 20 ans , on a l'éternité devant soi. Bon anniversaire SEBASTIEN.

***

 

Voici l'arbre de mon talisman. Il existe donc aux confins du Haut-Gard une petite huerta où s'épanouit un "talismanier" sous la main verte de Maman. Avant de partir en voyage, si vous passez par Alès, ne soyez pas surpris si Maman vous remet un beau citron doré...

20 ans, le bel âge, le mien quand je pédale sur ma Ginet...

Elle est légère comme une plume ma Ginet, je l'ai débarrassée d'un petit manteau de sable rouge, je lui ai changé les 4 piles de son compteur sans fil... Je lui ai retiré tous ses bagages, toutes ses sacoches, sauf la sacoche de guidon qui contient mon bonnet de nuit et mes 2 lampes frontales... Je lui ai retiré sa housse de selle à ma Ginet. Elle me dévoile avec une pudeur à peine masquée, une peau éclatante. 

Merci Maman pour cette petite fête...

***

Le mois de Mars, c'est le mois des poissons, et des "z'anniversaires"... On avait ouvert le bal avec Emmanuel (fils de Christine) et Fatna (fille de M'Barka) le 1er Mars. Le 3 Mars, c'était le tour de ma soeur Joëlle... Le 10 Mars, Sébastien effaçait à son âge le 1 des dizaines par un superbe 2, et bien demain 16 Mars, c'est mon frère Philippe qui engrange un printemps de plus dans sa fermette périgourdine... Ce n'est pas fini, le 16 Mars aussi, Robert (De Malet) prend un an de plus sur son yacht entre la Nouvelle Calédonie et la Nouvelle-Zélande, suivi de très près par mon oncle Dany, le 18, du côté de Chaumont. Dany, c'est le plus immense pêcheur de mérous de la famille. C'est lui qui m'a enseigné cet art. J'avais 13 ans quand je l'ai vu sortir pour la première fois un mérou enragué à Puerto : je connais par coeur ce trou sous une grande dalle du côté du phare de Cap del Voll. C'est la dalle de DANY. J'y ai vu encore l'été dernier un sar charbonnier très prudent qui dépassait le kilo et une mostelle paisible qui m'a salué du bout de sa barbichette... Après Dany, Pierre, fils de Joëlle, mon filleul, fêtera ses 17 ans le 19.

 

Uniquement pour les mélomanes : dans_la_maison_sur_le_port

Page suivante :  ~~ FLASH BACK ~~

 

 

 

Posté par chiloedream2 à 02:12

16 mars 2007

FLASH BACK

***

Retour en arrière, flash-back sur ce beau voyage. Un jour, une étape, une image... Certaines sont nouvelles... Pardon pour celle du chien... Elle m'a hanté pendant quelques jours... Je la gardais enfouie... Prudence sur les routes, attention aux gros camions...

***

***

1er Février 2007 -  Alès Lodève :

je viens de fermer les volets de ma maisonnette. Amarres larguées, il ne reste plus qu'à rouler...

***

***

2 Février : Lodève / Lézignan-Corbières :

Canal du Midi...

***

***

3 Févier : Lézignan-Corbières / Le Boulou :

le charme de l'arrière-pays...

***

***

4 Février : Le Boulou / Calella :

Bonjour l'Espagne...

***

***

5 Février : Calella / Sitges :

Le long de la mer...

***

***

6 Février : Sitges / Miami-Playa :

On aurait pu se baigner...

***

***

7 Février : Miami-Playa / Viñaroz

***

***

8 Février : Viñaroz / Benicassim :

Jour de pluie.

***

***

9 Février : Benicassim / Valencia

***

***

10 Février : Valencia / Calpe

***

***

11 Février : Calpe / Guardamar de Segura.

Je viens de traverser Santa Pola...

***

***

12 Février : Guardamar de Segura / Carthagena

***

***

13 Février : Carthagena / Vera :

PRUDENCE sur la route, on n'oublie jamais son gilet de sécurité...

***

***

14 Févier : Vera / Almeria :

Une senteur de paradis... pour oublier l'autre...

***

***

15 Février : Almeria / Salobreña

***

***

16 Févier : Salobreña / Fuengirola

***

***

17 Février : Fuengirola / Algeciras / Tanger :

Salut la pluie, bonjour le Maroc...

***

***

18 Février : Tanger / Moulay-Bousselham

***

***

19 Février : Moulay-Bousselham

***

***

20 Février : Moulay / Larache / Asilah / Moulay

***

 

***

21 Février : Le Grand Rocher

***

***

22 Février : Moulay / Siah / Moulay

***

***

23 Février : Moulay Bousselham / Rabat

Tout en haut du faux-plat, mon parrain ce héros...

***

***

24 Février : Rabat (Agdal) :

Tres banderas en frente de mi, como tres escuelas...

Dans mon dos, Cézanne, à main droite Jeanne d'Arc, à main gauche Descartes...

***

***

25 Février : Rabat (Chellah)

***

***

26 Février : Rabat (quartier de l'Océan)

***

***

27 Février : Rabat (les remparts)

***

***

28 Février : Rabat / Bouknadel / Rabat

Les immortelles

***

***

1er Mars 2007 : Rabat / Mehdia / Rabat

A travers sables...

***

***

2 Mars : Rabat / Salé / Rabat :

l'embouchure du Bou Regreg

***

***

3 Mars : Rabat / Moulay Bousselham :

pleine lune

***

***

4 Mars : Moulay Bousselham :

dernier jour, la Grande Dune, Mouja

***

 

***

5 Mars : Moulay Bousselham / Tanger :

grands asphodèles... et petits escargots...

***

***

6, 7 et 8 Mars : Tanger / Sète / Alès :

Le sillage du Biladi

***

Les sillages emportent nos voyages, ils engloutissent les pages de nos livres, ils confondent nos rêves ultimes et nos illusions rescapées... Ils sont la mémoire instantanée et fugitive du passant. Ils écrivent l'histoire de nos vies, et celle du monde... Déjà vers l'horizon, la saignée bleue du "Biladi" s'est refermée sur le souvenir perdu de notre errance... Il ne reste plus sur la mouvance marine que la promesse d'autres voyages... Larguer les amarres, une fois de plus, pour écrire d'autres pages...

Page suivante :  ~~ UN BEAU MEROU ~~

 

 

 

Posté par chiloedream2 à 10:30
18 mars 2007

UN BEAU MEROU

***

De Marseille, bon anniversaire à mon onle Dany, le plus grand pêcheur de mérou de la famille. Son fils Patrick m'a fait parvenir hier cette photo, prise en 1953 à Moulay Bousselham :

***

blogdanysounetclaudeclaverie1953

***

On y reconnait de gauche à droite Claude Claverie, mon oncle Sounet, le plus grand pêcheur de corbines du Maroc, et enfin mon oncle Dany, le roi du mérou, qui m'a enseigné l'art de cette pêche profonde en Méditerranée du côté de Puerto de la Selva. L'année 1953 est encore à l'honneur, une très grande année (sauf pour le mérou...). Bravo les oncles... Bravo Dany.

Aujourd'hui, le mérou est une espèce protégée en France, grâce à quoi il réapparait sur la côte Méditerranéenne. La création de parcs et de réserves permet à la faune de s'épanouir. J'ai plongé récemment dans la réserve de Banyuls, dans celle des îles Mèdes au large d'Estartit, et dans les fabuleuses îles Columbretes à mi-chemin entre l'Espagne et les Baléares :  j' y ai nagé lors d'une escale avec mon fidèle YEMAMBA II, j' y ai trouvé le spectacle fabuleux d'une faune qui devait être celle de la Méditerranée originelle : mérous, abadèches, dorades royales, sars, pageots, dentis, loups, évoluent sans crainte dans des eaux cristallines. Il est important de développer la création de ce type de réserves.

Ce samedi et ce dimanche, escale à Marseille où je retrouve mon ami d'enfance Hubert. Marseille est une ville fabuleuse : j'y ai effectué mes premières plongées dans les années 70 avec Pierre Vogel qui animait avec passion le club du "Vieux Plongeur". Pierre m'a fait découvrir ma première épave, "Le Liban"... Premières émotions sous-marines dans ce paquebot qui coula dramatiquement, victime de la brume...

http://www.scubadata.com/site-de-plongee/67-Epave-Liban-Marseille.html

J'ai suivi ces années-là ma formation maritime à l'Ecole de la Marine Marchande de Pointe Rouge : une formation vivante, concrète, passionnante dans un cadre magnifique...

Page suivante :  ~~ ESCALE A MARSEILLE ~~

 

 

 

 

Posté par chiloedream2 à 10:33
19 mars 2007

ESCALE A MARSEILLE

 

Une escale à Marseille qui commence par le jardin disparu de notre enfance à Rabat,

peint par une amie de la famille, une parente : Gilberte SCHMITT.

 

 

Nous en avons parlé de ce jardin disparu, pendant ces 2 jours d'escale à Marseille,

de ses arbres, de nos jeux, de nos cabanes, des oiseaux, de nos rêves d'enfants....

 

 

 

 

 

Pour celui qui arrive par la mer, Marseille c'est d'abord son phare, le Planier,

et puis Notre Dame de la Garde, la Bonne Mère...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon frère chenapan Hubert (avec sa femme Véronique), il est comme moi, toujours un regard tourné vers la mer.

Promenade obligée vers les calanques, les Goudes, Callelongue, aux portes de Marseille...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit tour au Bar de la Grotte.

Au delà, plus de route, un sentier de pierre et une magnifique promenade jusqu'à Cassis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous étions déjà venus ici avec Maman pour mon inscription à l'Ecole de la Marine Marchande,

et pour essayer une combinaison sous-marine qu'elle m'avait offert pour fêter ma réussite au Bac.

J'avais donc pris tout mon matériel, et comme d'habitude, je n'ai pas su résister à une eau si limpide.

Comme d'habitude, me voilà pris par ma chasse, je ne tiens plus compte du temps, ni de Maman qui m'attend,

qui me perd de vue quand je disparais derrière l'île d'où je tarde à revenir...

Comme d'habitude, Maman me croit noyé, pleure, et sèche rapidement ses larmes quand je réapparais,

masquant toute son angoisse quand je la retrouve sur les rochers...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le temps s'est arrêté à la calanque des Goudes, les YACHTS n'ont pas pris une ride...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On vient de prendre un petit café à la pizza chez Dédé, pieds dans l'eau...

 

 

 

 

 

 

Un bateau de pierre au coucher du soleil...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne suis pas le seul à photographier le soleil.

 

 

 

 

 

En attente du chauffeur-photographe dans la safrane ministérielle...

 

 

 

 

 

 

C'est la Saint Patrick ce samedi soir à Marseille et tout autour du Vieux-Port.

On tente en vain une percée dans les tavernes, c'est plus mouvementé qu'une grosse mêlée du tournoi des 6 nations,

impossible d'arriver jusqu'au comptoir, malgré notre taille... Quelle ambiance, je ne reconnais pas Marseille,

la ville a pris un sacré coup de jeune, le Vieux Port se fait coquet et accueillant.

On finit par battre en retraite dans un super chouette restau à la cuisine très fine et au vin divin...

 

 

 

 

 

Dans la rue c'est la fête, on se dit bonjour en se croisant...

 

 

 

 

 

Retour au nid, Butte des Carmes, au dessus du Vieux Port...

 

 

 

 

 

Salut Thomas...

 

 

 

 

 

Dimanche matin,  j'ouvre mes rideaux sur Notre Dame, salut la Bonne Mère...

 

 

 

 

 

Il y a les fausses légendes qui racontent que la plus grosse sardine de la planète a bouché l'entrée du Vieux Port...

Et les vraies : la plus petite compagnie mondiale de Ferry-Boat est Marseillaise :

2 mn de traversée pour se rendre de l'Hôtel de Ville à la Criée...

 

 

 

 

 

Le Vieux Port est immuable : les passants, les poissonniers, la verve, la musique, la lumière,

un agent du kgb, les bateaux, deux frères chenapans...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voila le genre de bateau que j'aime, en bois, avec un pont en teck, plat,

où on peut s'allonger ailleurs que sur une courbe, une bosse, une drisse ou un winch...

 

 

 

 

 

Hasard d'une rencontre : Fany nous raconte sa vie de basque-marseillaise née à Sète :

elle nous explique que si on ne la trouve pas au pied du Fort Saint Jean en train de se baigner,

c'est qu'elle chante tout au bout du Vieux Port, tous les jours sauf demain à cause du Mistral qui est annoncé.

Et comme d'habitude, le séducteur, c'est mon frère : sacré chenapan qui pose pour l'éternité...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marseille, ville de légende... Ce ne sont pas vos 2 chenapans qui ont écrit cela, promis juré.

Mon papa m'a appris à ne jamais parler de politique,

ce qui ne m'empêche pas de vous assurer que j'ai le coeur à gauche,

et la tête à droite, suite à une scoliose mal soignée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De retour au nid, je suis persuadé que ce sont mes cheveux fous qui m'ont empêché de séduire Fany :

Véro se délecte de mettre un peu d'ordre dans tout cela. Merci Véro.

Moi je suis toujours un peu inquiet quand on me coupe les tifs : la force des lions est dans leur crinière...

et voilà jetés à terre ces cheveux qui ont dompté my sweet Ginet...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thomas a 20 ans comme mon Seb, et comme mon Seb, il se coupe les cheveux exclusivement lui-même,

à la tondeuse, je suis admiratif, mais je préfère la main certainement plus légère de sa mère...

 

 

 

 

 

On attend Béatrice et Stéphane, et Nicolas le fils aîné d'Hubert.

On va nous confondre si cela continue : cheveux courts, chemise bleue-pâle...

 

 

 

 

 

Béatrice et Stéphane, des rêves de bateaux plein la tête (ils en ont déja eu 7...)

 

 

 

 

 

Salut Nicolas...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le repas ce Dimanche,

on file rejoindre Jean-François sur son voilier au Vieux Port...

 

 

 

 

 

 

Dehors, le mistral est frais, mais à l'intérieur, le café est chaud,

pas autant que l'eau de vie de poire qui a la moitié de notre âge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Béatrice et Stéphane nous invitent à boire un café chez eux du côté de la rue Paradis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On rentre à pied jusqu'au nid de la Butte des Carmes, sous les lumières bienveillantes de la Bonne Mère.

Dernier repas avant de prendre la route du retour. Véro nous laisse manger entre hommes,

fait crépiter le flash une dernière fois... Et se cache encore une fois pour échapper à l'objectif...

Il faut ruser pour avoir une photo de Véro. On s'embrasse, on se sépare, toutes les belles histoires ont une fin.

Merci Véro, merci mon frère, à bientôt du côté de la Luquette.

 

 

 

 

 

 

Page suivante :  ~~ LE BLOG DES ARTISTES ~~

 

 

 

Posté par chiloedream2 à 10:34
22 mars 2007

LE BLOG DES ARTISTES

***

Ce jeudi matin,

je découvre dans ma boîte cette vieille photo de mon père,

envoyée par mon neveu Pierre. J'ai souvent évoqué ce père absent.

On devine sur la joue comme un souvenir de baiser...

Salut le père, on ne t'oublie pas.

***

***

Hier Mercredi, visite chez Maman de Dany et Gisèle...

Au menu, foie gras accompagné d'un vin blanc hongrois...

On trinque à la santé de tous... On parle du bon vieux temps passé,

et de ces étés où nous étions heureux... Nous le sommes toujours,

avec quelques printemps de plus.

***

***

Si vous croisez ce vin là, n'hésitez pas, c'est du tout bon,

fruité comme un muscat, doré comme un miel d'acacia,

joyeux comme un rêve retrouvé...

***

***

Quelques créations de mon cousin Jean-Luc OUDRY :

***

 

***

Une citation pour clôturer l'article du jour :

" Les photographes regardent fixement dans un viseur,

appuient sur un bouton et donnent un sens au monde.

Ce qu'ils nous offrent sont les reflets de tout ce que nous avons su

et de tout ce que nous saurons, de notre sagesse la plus profonde,

de la valeur de chaque journée, du coût de l'amour,

du prix du pain, de la merveilleuse valeur de la joie.

Ils nous montrent des noms,

des endroits et des gens que nous n'avons jamais connus,

que nous ne connaîtrons jamais,

mais qui nous sont pourtant familiers.

Ils nous nourrissent du meilleur et du pire de nous-mêmes...."

(James McBride)

Pour terminer la nuit en beauté,

une image qui rappelle étrangement Moulay Bousselham :

pourtant elle est prise sur le Bassin d'Arcachon,

du côté du banc d'Arguin... Merci Brigitte.

***

 

Page suivante : ~~ LE COURS DES SAISONS ~~

 

Posté par chiloedream2 à 10:50

26 mars 2007

LE COURS DES SAISONS

***

Derniers jours du mois à Montpellier. Le printemps prend le pas sur l'hiver.

Sur la route, le Pic Saint Loup du côté de Valflaunès.

La lumière gagne sur les nuits... On court paisiblement vers les beaux jours,

ceux qui nous posent un hâle au visage et une espérance au coeur... 

Ainsi s'écrit le cours des saisons...

***

***

Nous irons doucement par les ruelles fort pierreuses

et tortueuses de cette vieille ville à cet antique Jardin

où tous les gens à pensées, à soucis et à monologue

descendent vers le soir...

***

***

Aux Jardins des Plantes de Montpellier,

le temps suit son cours paisiblement.

L'eau du bassin nous renvoie le reflet de ce que nous serons peut-être dans 20 ans...

Et le promeneur assis ne compte plus les saisons qui s'envolent derrière son épaule...

***

 

***

Et nous ne comptons pas davantage les saisons

qui font de nos enfants bientôt des hommes...

Nous nous rions sans bruit du cours du temps...

***

***

Nous sourions parfois par dessus le fardeau des jours...

***

***

Nous nous jouons des heures sous le regard troublant des statues...

***

***

Et nous causons lentement en mâchant des pétales de roses...

***

***

"La peau" du Cyprès Egéen...

***

***

Un des gardiens du Jardin des Plantes, originaire de Larache...

***

***

En quittant le beau Jardin, dans la rue qui remonte vers le Pré au Clerc...

***

***

A l'affiche, sous un croissant de lune,

une ombre se déshabille dans les bras semblabes des filles

où j'ai cru trouver un pays... Est-ce ainsi que les hommes vivent

et leurs baisers au loin les suivent, comme des soleils révolus...

Avant que le soleil ne se couche,

on roule en safrane vers le bord de mer...

***

***

Bientot viendront aussi les petits enfants roses de nos enfants...

Nous aurons ajouté encore à nos vieux printemps une trentaine de saisons...

Ainsi s'écrit le cours du temps...

***

***

La nuit est douce, et chaude, et jazzy au "Take Five",

au coeur du vieux Montpellier, down-town...

Mon frère P-E nous distille ses meilleurs accords...

Ses mains virevoltent au dessus du Gaveau... 

Le gin-fizz est frais et léger comme une promesse de printemps.

***

 

***

***

Le soleil est haut dans le ciel ce dimanche

quand nous retournons vers la mer. L'air est clair

comme si la nuit nous avait fait franchir la porte d'une nouvelle saison.

Le printemps s'accroche aux ailes des oiseaux,

l'eau sur les galets du rivage fredonne des promesses de beaux jours.

Le monde suit sa ronde, une saison de plus se dessine.

***

***

Des voiles telles des oiseaux du large croisent sur la mer d'argent

leurs ailes comme des baisers d'un nouveau monde,

d'une nouvelle saison...

***

 

Salut Marine

Page suivante :  ~~ DEUX IMAGES, UN SIECLE ~~

 

 

 

Posté par chiloedream2 à 10:56
29 mars 2007

DEUX IMAGES, UN SIECLE

***

Hier mercredi 28 Mars 2007, sont passés chez Maman et Guy, Pierrot (le cousin de Maman), Julie sa fille, et la petite Nine. La veille, Michel, frère de Pierrot, m'adressait une photo de nos aïeux, qui date de 1906, où figure Nine, la maman de Michel, de Pierrot (de Jean-Paul et de Denis), notre grand-tante. Près de 101 ans séparent ces deux images, et la petite Nine perpétue le souvenir de son arrière grand-mère Nine...

***

***

La petite Nine au bras de sa maman Julie, le 28 Mars 2007 à Alès...

***

***

La petite Nine au bras de son papa Paul, le  24 Octobre 1906 à Hanoï.

***

On reconnait donc entre mon arrière grand-mère Eugénie, institutrice, et mon arrière grand-père Paul, trésorier payeur général à la banque d'Indochine, leurs 6 enfants, Fernande, Elise, Nine, Francis, Adolphe, Charles... Et le petit chien Couit (mandarine)... Légende écrite à la plume par Eugénie qui adresse la photo à son père, Monsieur Bouché, qui n'avait de Bouché que le nom puisqu'il était un solide menuisier à Mouroux, Seine et Marne, où il avait coutume de se baigner tous les matins, à toutes les saisons, dans les eaux froides du Grand Morin, jusqu'à l'âge de 83 ans. Salut l'ancêtre, grâce à Maman, on ne t'oublie pas.

***

Chez Maman, il suffit d'allumer une lampe pour que le passé vienne éclairer nos jours...

***

***

Un autre envoi de Michel : Maman, cavalière a 18 ans (1942), au Maroc, à  Ceibara,

la ferme de Nine et Jean : Tonton Jean a prêté à sa nièce son cheval, ses bottes, et son pantalon...

***

Avant les pêcheurs de corbines et de mérous, il y avait déjà d'autres pêcheurs dans la famille. Jean-Paul et Pauline nous éclairent sur cette photo : """A l'évidence, ce n'est pas une .. sardine... c'est tout simplement un turbot, pêché au trident à Moulay Bousselham au temps où la chasse sous-marine n'était pas encore pratiquée. Sur cette photo prise en 1935 sans doute par Gabriel DEBELLE, à la ferme Ceibara de mes parents, proche de Moulay Bousselham, on reconnait de gauche à droite : Sounet (Francis), Jean-Paul, notre père Jean, Dany , Jacqueline, Lysette (notre soeur à tous) et Pierrot, l'heureux grand-père de la superbe petite Nine... Jean-Paul et Pauline. """ (Posté par JPaul et Pauline, 29 mars 2007 à 18:27)

***

Au bras d'Eugénie sa maman,

Fernande, ma grand-mère maternelle... Salut nos aïeux, on ne vous oublie pas.

Merci Michel pour ces émouvantes photos.

 

Page suivante :  ~~ L'AMOUR EST UNE FORTERESSE ~~

 

 

 

 

 

Posté par chiloedream2 à 11:00
02 avril 2007

L' AMOUR EST UNE FORTERESSE

Pour commencer la semaine, un lien uniquement pour les mélomanes :

      forteresse 

Guy et Hubert découvrent qu'ils sont tous les deux d'anciens Spahis. On immortalise cet évènement historique : Hubert, qui a été Spahi pendant son service militaire en Allemagne, s'équipe du bel uniforme de Guy. Le gilet possède une bonne trentaine de boutons...

Mon frère Hubert avec une telle panoplie de décorations,

cela mérite quelques photos souvenirs supplémentaires...

Un lien vers un site assez complet, qui regroupe toutes sortes d'informations dans le cadre d'une association d'anciens Spahis :

http://g.msn.com/9SE/1?http://perso.orange.fr/spahis-2rsm/&&DI=78&IG=19b70807ae7449d1af7dcb2e97dfce40&POS=5&CM=WPU&CE=5&CS=AWP&SR=5

Après le repas, malgré le temps pluvieux, 

petit tour du côté des Poteries de la Madeleine à la sortie d'Anduze.

Comment vous le trouvez le collier de la belle Véro????

Anduze, restaurant "La Rocaille", samedi 21h15, nous avons pris tous les trois un savoureux magret de canard. La salle est animée, ambiance sympa. La cuvée du patron est fort honorable. N'allez pas penser à voir toutes ces bouteilles, que je fais l'apologie du vin. Ma philosophie sur les excès est claire: modération pour tout. Mais un bon repas est toujours rehaussé par un bon vin. Le vin est symbole de partage : prenez et buvez-en tous.

"""Viens donc sur mon épaule, viens te réchauffer, tu verras je suis drôle je sais bien chanter... Alouette alouette, l'amour et l'été, comme les cigarettes, s'en vont en fumée..."""

Ce dimanche matin, le temps reste pluvieux : il est 10h55 au clocher de l'église, je suis "aux fourneaux" : au menu, salade du pêcheur : préparer la sauce à son goût, huile d'olive, vinaigre à l'estragon, sel poivre, moutarde, y découper finement 2 oignons doux, faire bouillir 1 kg de pommes de terre. Lorsqu'elles sont "al dente", les découper en rondelles dans la sauce. Couper finement aux ciseaux 300gr de harengs fumés aux condiments. Le secret de la recette, c'est de mêler les harengs aux pommes de terre bien chaudes, elles prennent ainsi tout le bon goût des harengs, de l'oignon et de la sauce. Manger tiède, accompagné par exemple d'un Château Laborde 2003 Lalande de Pomerol... Un petit nectar bien sympa.

Dans l'après-midi, on va prendre le thé chez Maman.

"""Seb et Julia s'aimaient bien, tous deux rêvaient qu'un beau matin, ils iraient en Amérique... Là-bas, la vie est fantastique... Sur les bancs de la même école, ils avaient la même idée folle, celle de jeter leurs porte-plumes, pour aller faire fortune...""" 

 

Toutes les jolies histoires ont une fin... Ce week-end  s'achève sur le quai d'une gare, celle de Nîmes. On y attend le train en provenance de Toulouse... Après son show en Spahi, mon frère-chenapan demeure sous les feux de la rampe...

"""Viens donc sur mon épaule, viens te réchauffer, tu verras je suis drôle, je sais bien chanter... Et puis si tu t'embêtes, tu viendras chez moi, il y aura des noisettes et du pain pour toi... Alouette alouette l'amour et l'été, comme les cigarettes s'en vont en fumée..."""

23h37, le train s'éloigne. Je rentre au nid.  Les nuages se disloquent pour laisser quelques échancrures à la lune, l'air est doux, je fredonne un dernier couplet, uniquement pour les mélomanes :   

forteresse2

Paris by Claudine :

Nouvelle Zélande, by Coco-chouchou :

Homme LIBRE, toujours tu chériras la grande mer et les petits bateaux...

Page suivante :  ~~ GÖTTINGEN ~~

 

 

 

Posté par chiloedream2 à 11:02
04 avril 2007

GÖTTINGEN

Une chanson uniquement pour les mélomanes et les petits enfants de Cape Cod :

G_ttingen 

Bien sûr, ce n'est pas la Seine, Ce n'est pas le bois de Vincennes, Mais c'est bien joli tout de même, A Göttingen, à Göttingen. Pas de quais et pas de rengaines Qui se lamentent et qui se traînent, Mais l'amour y fleurit quand même, A Göttingen, à Göttingen. Ils savent mieux que nous, je pense, L'histoire de nos rois de France, Herman, Peter, Helga et Hans, A Göttingen. Et que personne ne s'offense, Mais les contes de notre enfance, "Il était une fois" commencent A Göttingen. Bien sûr nous, nous avons la Seine Et puis notre bois de Vincennes, Mais Dieu que les roses sont belles A Göttingen, à Göttingen. Nous, nous avons nos matins blêmes Et l'aube grise de Verlaine, Eux c'est la mélancolie même, A Göttingen, à Göttingen. Quand ils ne savent rien nous dire, Ils restent là à nous sourire Mais nous les comprenons quand même, Les enfants blonds de Göttingen. Et tant pis pour ceux qui s'étonnent Et que les autres me pardonnent, Mais les enfants ce sont les mêmes, A Paris ou à Göttingen. O faites que jamais ne revienne Le temps du sang et de la haine Car il y a des gens que j'aime, A Göttingen, à Göttingen. Et lorsque sonnerait l'alarme, S'il fallait reprendre les armes, Mon cœur verserait une larme Pour Göttingen, pour Göttingen. Mais c'est bien joli tout de même, A Göttingen, à Göttingen. Et lorsque sonnerait l'alarme, S'il fallait reprendre les armes, Mon cœur verserait une larmePour Göttingen, pour Göttingen.

 

Nouvelle Calédonie by Babé :

Salut les voyageurs du bout du monde.

***

Pour les mélomanes uniquement :   Bon_Anniversaire_TITOU

***

Ce midi, je lisais le Midi-Libre en prenant le café chez Maman, et je tombe sur ce programme alléchant du week-end : Non, pas le cétacé en haut à gauche, mais la 26ème foire aux célibataires à La Canourgue en Lozère. Voilà une bonne idée d'escapade.

Dans la nuit, je reçois ce message de mon fan-club de Cape Cod :

"""Cher capitaine Thierry, nous voudrions vous tout remercier pour les beaux chanson et message. C'est très amusement pour vous regarder la vidéo et pour écouter toi chanter. Cette chanson était longue et cela nous a rendu heureux. Après la chanson, Ms. P nous a montré sur une grande carte les locations des différents fleuves. Alors nous sommes allés dehors rechercher des oeufs de chocolat! Il était difficile trouver certains des oeufs, mais c'était beaucoup d'amusement! Nous avons fini notre jour à écouter toi chantant encore tandis que nous mangions nos oeufs de chocolat! Merci beaucoup capitaine Thierry! Joyeuses Pâques à toi! L'amour et des bises, des petits enfants de Cape Cod.  (Posté le 06 avril 2007 à 00:15)"""

Merci à vous tous les petits enfants.

Page suivante :  ~~ LES NAUTIQUES DE PORT-CAMARGUE ~~

 

 

Posté par chiloedream2 à 11:05
07 avril 2007

LES NAUTIQUES DE PORT-CAMARGUE

Il est 2h du matin, et au lieu d'aller me coucher pour la grande journée de demain, au lieu de me construire une forme olympique pour la 26ème foire aux célibataires de La Canourgue, et bien je poste mes photos du jour, tardivement car j'ai regardé Thalassa... J'ai toujours un oeil tourné vers la mer. Je bâcle un peu mes commentaires ce soir, je ne voudrais pas passer une nuit complètement blanche avant d'aller affronter une meute pimpante de célibataires en mal de mâle...

Les "Nautiques" de Port Camargue, c'est tout simplement un Salon du bateau d'occasion à flot. J'ai une sérieuse attirance pour les bateaux traditionnels. Ne pas oublier cependant qu'ils demandent beaucoup d'entretien. Ce propriétaire ponce ses vernis en attendant le client.

Avez-vous remarqué à quel point, souvent, les gens finissent par ressembler à leurs toutous???

A l'heure du repas, certains préfèrent tourner le dos à la mer...

Capitaine en herbe guettant la rade...

Maman les petits bateaux qui vont sur l'eau...

Et que ça brille, matelot....

Moi qui adore pavillons et drapeaux, j'ai été gâté...

Ce vendredi 6 Avril ressemblait de très près à l'été.

Pas évident d'accorder son piano... Pour info, il n'y a pas de cordes sur un bateau, on trouve des bouts, des amarres, des aussières, des filins, des drisses... Une exception, la corde de la cloche : plage avant, elle permettait au bosco de signaler la longueur de chaine en faisant tinter cet objet de tradition.

J'ai visité un bateau qui se rapproche de mes critères = fifty, chantier Nauticat, 10m40, 70cv Perkins, conso 5 l/h à 5 noeuds... greément ketch avec un petit tape-cul pour stabiliser le bateau au moteur. Un tape-cul n'est rien d'autre que le mât arrière...

Voilà comment j'aime photographier les bateaux : partiellement...

Pour mon prochain bateau, j'hésite entre ces 2 noms : "WAVE DANCER" pour une navigation solitaire, "MISS LIBERTINE" pour un duo maritime.

Des forêts sans feuillage... Quand le vent s'y met, ça siffle dur dans les mâtures...

A la capitainerie, quand bien même la mer est belle, le capitaine Livingstone veille...

Quand je serai ministre des loisirs et des océans,

je ferai installer des milliers de bancs qui regarderont vers la lumière.

Sans la moindre hésitation, je préfère la paire précédente...

J'ai même pris le temps d'aller flâner en petite Camargue et de saisir l'envol d'un couple de cols-verts. Ces deux-là n'auront pas besoin d'aller à la Canourgue demain...

Le premier qui dit : ""tiens une autruche""  je lui confisque une médaille sans autre préavis...

Même punition pour le premier qui dit : ""tiens, une corneille albinos...""

 

Celle-la est plus pour l'arbre de judée dans la vitre arrière que pour le reflet du soleil dans mon oeil. Le premier qui dit ""mon oeil pour l'arbre de judée"" risque de perdre toutes ses médailles...

Un petit coup d'oeil dans le rétro avant d'arriver au nid. J'arrive à my sweet home juste avant la nuit. Je n'ai pas eu le temps de faire un marché mais il y a toujours quelque chose qui traîne au fond du frigo : au dîner, knakis, pommes de terrre rissolées, oeufs au plat, compote-andros pomme-banane bombée à la chantilly Bridel. Je frise encore les 5 étoiles. Je finis de poster mes images à 03h35, pourvu que je me réveille demain matin pour la Canourgue.

Page suivante :  ~~ FOIRE AUX CELIBATAIRES ~~

 

 

 

Posté par chiloedream2 à 11:08