08 avril 2007

FOIRE AUX CELIBATAIRES

Ce samedi,

quand j'arrive avec Guy sur les coups de midi à La Canourgue

(Causse de Sauveterre, Lozère),

le règlement de la pêche aux célibataires n'est pas très explicite.

Nous pensions que des sirènes en émoi nous attendraient avec des colliers de fleurs.

Elles ont semble-t-il filé en randonnée pédestre.

Nous voilà lancés à leur recherche sur les rives du Tarn...

Car pour l'instant à l'affiche de cette 26 ème foire aux célibataires,

il n'y a que la "Royale"... Pas de quoi casser 3 pattes à un canard....

On a beau scruter tous les contours du relief de nos regards bioniques,

pas le moindre poil de starlette en vue :

soit elles se sont bougrement bien épilé,

soit un article du règlement m'a échappé :

nous continuons notre quête amoureuse,

perseverare humanum est, omnia vincit amor :

l'amour triomphe de tout dans la voie de la persévérance...

Au comité central d'accueil,

je me fais expliquer le principe du SLOW-DATING :

c'est la philosophie même de cette foire basée sur l'idée d'une rencontre lente :

on prend le temps de se rencontrer, de se découvrir et de s'aimer.

Pour accéder au SLOW-DATING qui ouvre son bal torride dans moins d'une heure,

il faut tout d'abord remplir une fiche signalétique.

Exemple : beau capitaine, intelligent, généreux,

cherche sirène appétissante, dévouée, bonne cuisinière pour paisible vie à deux...

Il vous sera alors délivré, moyennant 80 euros, un badge numéroté

qui permettra aux sirènes sus-nommées de consulter votre fiche,

et vous donnera accès à l'ensemble des festivités du week-end.

We are a little bit disappointed because

nous sommes plutôt des adeptes du QUICK-DATING

d'autant plus que nous n'avons obtenu de Maman que la permission de 18H.

160 euros pour 3h de QUICK-SLOW DATING, quel dilemme.

Finalement nous choisissons de poursuivre sans badge

notre quête amoureuse dans les rues de la ville...

Pour le moment, nous sommes le bec dans l'eau,

tout cela ne casserait pas trois pattes à un canard...

Un instant de découragement,

rien de tel qu'un petit somme pour faire de beaux rêves...

Le rêve de Guy nous donne des ailes, on repart à l'assaut des ruelles,

des frémissements dans l'air nous persuadent que l'amour n'est plus très loin...

Où sont les chemises à fleurs, et les robes de couleur,

les cheveux de Maria ses bras nus,

on dirait que tout est mort et bien mort,

dans la maison sur le port...

 

Tiens tiens, une sweet Ginet, qui date un peu, mais je reprends espoir...

Les volets se sont rouverts et depuis les rires des filles se sont envolés....

Donnez-nous mille colombes et des milliers d'hirondelles,

faites un jour que tous les hommes redeviennent des enfants...

Quand je demande en repassant à mon brave palmipède

dans son langage de canardum barbaricum latinorum :

"NIL NOVI SUB SOLE" ??? Rien de nouveau sous le soleil???

quelle n'est pas ma surprise de le voir lever la palme droite,

gratter le muret et m'indiquer du bout de l'aile une direction sans équivoque...

Oracle, ô grand espoir, ô tristesses enfuies...

L'aile droite de mon brave canard m'indiquait la direction du ruisseau...

Il faut toujours croire aux oracles des canards :

la voilà au détour d'une ruelle,

c'est pour elle que je suis venu à La Canourgue.

Elle vient vers moi....

Elle se rapproche.

Elle n'a pas vu mon badge puisque je n'en ai pas...

Mais elle sent que je suis un beau capitaine,

attentionné, romantique, généreux,

dans quelques secondes elle va s'arrêter à hauteur de mon regard,

je vais la prendre dans mes bras

et la faire tourbillonner dans la douceur printanière...

Et bien non mon capitaine, il y avait un pont...

Un pont peut relier les hommes,

ou bien les éloigner et les séparer,

ma sirène a bifurqué sans lever son regard sur moi...

Les histoires d'amour finissent mal, en général, en général...

Si seulement nous avions été en Avignon...

Je déambule sans but dans la ville

et mes pas désespérés me ramènent vers le comité central d'accueil :

ENFIN, FINALLY, AL FINAL, elles sont là, comme dans un rêve :

"""Bienheureux les désespérés car le Royaume des Célibataires leur appartient..."""

 

On a retrouvé le sourire Guy et moi... Elles sont là partout,

avec leur charme et leurs talents cachés de cuisinières...

Je prends même le temps de prospecter pour Maya :

un super frelon jaune et vert...

Finally mes chéris, quel accueil, quelle ovation, quel feu d'artifice final...

"""LABOR OMNIA VINCIT IMPROBUS""" 

Un travail opiniâtre vient à bout de tout....

"""Abondance de biens ne nuit pas..."""

Dans la vie, on ne devrait jamais avoir à choisir...  D'abord parce que c'est difficile, ensuite parce qu' on en déçoit forcément quelques unes. A 16h30, Guy élit une Varoise, Josée, n° 83... Quant à moi, je n'ai jamais su résister aux charmes des Parisiennes, je jette mon dévolu sur Yvette, n° 75... On échange quelques mots, on se fait des promesses, malheureusement on est contraints d'opter pour le QUICK-DATING, on se sépare sur les 17 coups de 5 heures, la Patronne nous attend pour le dîner à Alès, 120 km par Sainte Enimie, Quézac, Florac, La Grand Combe... Pas de temps à perdre, on risque même fortement d'être en retard. On jette quand même un dernier coup d'oeil vers nos conquêtes, du premier belvédère.... Affres et déchirements d'une première séparation... """Amor vulnerat""  l'amour est une blessure...

 

Prochaine foire aux célibataires dans un an. J'ai promis à Yvette de revenir. Une bien belle journée de printemps, une jolie route le long des gorges du Tarn. J'ai évoqué les nourritures spirituelles, mais Guy nous a offert un super petit restau, l'hôtesse était sympa, le pichet du patron divin, la salade gersoise aux gésiers incomparable, les tagliatelles au sauté de veau sans égal... Un concept très sympa cette foire aux célibataires, l'année prochaine, on se retrouve tous à LA CANOURGUE, je vous présenterai Yvette ma parisienne. Bises à tous, belle nuit, beaux rêves. Pour ne pas être taxé d'homophobie, voici une panoplie partielle des mâles de la foire aux célibataires de la Canourgue :

 

Cette robe et ces souliers pointus sur Yvette ma parisienne

et je signe pour 20 ans....

La 26 ème foire aux célibataires de La Canourgue est morte,

vive la 27 ème, plus qu'un an à l' attendre...

 

Page suivante :  ~~ PÂQUES AU JARDIN, NOËL EST LOIN ~~

                                 

Posté par chiloedream2 à 11:21 - Permalien [#]